Recruter les invisibles… Ou comment sourcer les candidats offline ?

A l’heure du tout connecté, le CV papier est tombé aux oubliettes.

A l’affût du profil rêvé, tout recruteur qui se respecte a les yeux rivés sur l’écran, explore assidûment les cvthèques, les moteurs de recherche dédiés, les réseaux sociaux et les mails reçus pour une annonce !

Mais cette plaisante réalité numérique en cache une autre… Même si les services de l’emploi encouragent depuis plusieurs années les candidats en recherche à poster leur CV en ligne, même si la transformation numérique est en route : de nombreux profils restent absents du web ou des quelques applications pour smartphones. Dans nos recherches de profils, nous constatons que trop peu de techniciens, d’ouvriers, d’employés, affichent leur projet et leur parcours sur le web, tous secteurs d’activités confondus. La conséquence ? Ils sont IN-VI-SI-BLES pour les recruteurs!

D’où ma quête sans relâche : à l’heure où diffuser une annonce ne porte plus ses fruits, comment recruter ces ressources cachées, absentes des réseaux virtuels ?

Le choix est mince… Bien sûr il y a le monde réel: sortir la tête de l’écran, explorer des réseaux locaux tels que les écoles, les organismes de formation, les institutions de l’emploi, les associations d’insertion, les contacts de salariés ou d’amis, participer aux forums, organiser des réunions d’information… Puis croiser les doigts, et patienter – et patienter encore…Ce travail de référencement des réseaux réels est long et chronophage. Il nécessite une récurrence et un investissement dans des actions à long terme, pour des résultats somme toute aléatoires …Merci, la fracture numérique qui nous fait passer plus de temps à recruter un opérateur de production qu’un responsable marketing!

Alors, quelles sont les autres alternatives pour connecter des profils qui ne le sont pas ou n’ont pas envie de l’être ? Pour au moins arriver à entrer en contact avec eux ?

Eduquer en amont sur les nouveaux modes de recherche d’emploi (les nouvelles générations hyper connectées n’y verraient pas vraiment d’inconvénients) ? Faire preuve de pédagogie en expliquant les codes à respecter, les compétences et informations à communiquer? Imaginer des modes simplifiés de mise en relation candidat/entreprise ?

Du chemin reste encore à faire pour réduire cette fracture numérique : à nous tous de trouver des solutions simples, concrètes, éthiques qui rapprochent entreprises et candidats de l’ombre…pour que la rencontre ait enfin lieu et que chacun puisse répondre au besoin de l’autre !

Alexandra Krenke-Laroche – Consultante neoh-conseil

2017-04-21T10:07:03+00:00